LIFE ART

LIFE ART / L’ART VITAL

LA NOUVELLE ECOLE

 

 Peinture Phi, mosaïques bombées, double spirales Phi, sont des formes réceptrices et émettrices.

La bio création du XXI siècle.

P1160281

Une œuvre d’art qui concentre l’énergie ambiante, des œuvres d’art qui agissent sur la vie et utilisent l’énergie naturelle.

Un effet prouvé sur les plantes.

Une technique qui va des bijoux gaulois aux peintures très spéciales des avions furtifs.

Transposées à la création artistique, cette technique très récente crée l’ART VITAL ou VITAL ART.

L’objectif de l’Art VITAL est d’œuvrer sur le vivant, au-delà du plaisir ou de l’esthétisme de l’œuvre ; la sculpture ou le tableau agissant directement dans les espaces où ils sont placés.

Comment est-ce possible ?

Qu’est-ce que cet « ART de VIE »

Au départ, une science vieille comme le monde,

On la retrouve de manière empirique chez les Celtes, dans les bijoux de poignets ou de cheville, de ceinture et de cou, en boucles d’oreilles. Ce sont ces anneaux métalliques non fermés dont on peut en admirer une collection au Musée de St Germain en Laye. On sait depuis les années 1930 qu’ils tiennent lieu de circuits oscillants.

Une technique empirique perdue depuis plus de 1000 ans, celle de la  résonnance des influx stellaires- naturels -, que l’on sait à présent calculer depuis la découverte des ondes radio due à Mrs HERTZ et aux inventions du physicien TESLA.

Fin 19e et au début du XX s,  ces deux savants découvrent les « ondes », explorent les lois de la propagation sans fil et ouvrent toutes les portes de la communication du monde moderne.

La technique empirique, intuitive, est devenue une science.

Les formes captent l’énergie venue de l’espace, comme les antennes Tv ou radio qui reçoivent le programme des chaînes ou encore les grands radio-télescopes qui écoutent l’espace.

De la même manière, – grâce à une forme simple, un circuit oscillant – on récupère et on module l’énergie ambiante ( voir les expériences sur les plantes). Dans les années 1930, l’idée était de permettre à la cellule humaine de maintenir un niveau de fonctionnement vibratoire.

Car tout vibre dans la nature, tout n’est que rythme et fréquence, d’une œuvre de Mozart aux pulsations cardiaques, des cycles astronomiques au big bang.

Le ou les antennes inscrites dans une œuvre captent les énergies durables et renouvelables à l’infini. Leur forme et les métaux qui les composent modulent l’énergie, l’œuvre elle-même agissant en quelque sorte comme un filtre qui diffuse alentour l’énergie reçue.

Autrefois, les Grands peintres « construisaient » leurs tableaux à partir d’un canevas géométrique sous-jacent pour maîtriser les effets harmonieux.

Il y avait une intention géométrique derrière l’esthétique d’un tableau.

On sait depuis la fin du XIX siècle que les tracés géométriques induisent des champs d’énergie.

L’application de la géométrie des 22 polygones inscrits dans le cercle a donné naissance à tous les moteurs électriques de la terre (voir les livres d’électricité de l’Ecole Centrale vers 1890/1900).

N’oublions pas également que les couleurs sont des fréquences. Il n’y a pas que les couleurs qui agissent comme un filtre, il y a aussi les minéraux, et les métaux. D’où l’idée d’introduire dans certaines œuvres du métal en poudre ou des minéraux

En ART VITAL on tient compte de toutes ces règles (technique et esthétique) dans la création d’une œuvre unique.

Ce sont ces principes physiques qui sont appliqués dans l’ART VITAL , de manière invisible.

Bien évidemment, on peut élargir le concept à un bâtiment ou une villa, un parc, un lieu de repos ou de spiritualité.

Pour toute information n’hésitez pas contacter :  cdl.dirparis@gmail.com

P1160278

circuit oscillant monté au verso d’un cadre. Les proportions ont été calculées sur la longueur d’onde de l’hydrogène, corps le plus répandu dans l’univers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *